Les rencontres de l'UNFEA Bordeaux 2009

L'environnement... c'est le Moment

Le congrès UNFEA, pour la première fois baptisé "Les Rencontres de l'UNFEA" s'est tenu à Bordeaux du 7 au 10 mai, à l'hôtel château Chartrons de Bordeaux. La participation, bien que décevante en quantité, a tout de même permis de réunir environ 80 personnes au long de ces journées de travail et d'échanges, sous le signe de la convivialité et de la bonne humeur.

Télécharger le PDF : Logo pdf Rencontres de l'UNFEA Bordeaux 2009-compterendu.pdf (356,84 kB)

Télécharger les présentations des intervenants.

Jeudi 7 mai

IMG_3097

Ainsi, dès le jeudi 7 mai, les participants étaient conviés à un cocktail de bienvenue et d'inauguration de l'espace exposants. Auparavant s'était tenue l'assemblée générale, au cours de laquelle deux nouveaux membres ont rejoint le bureau de l'UNFEA : M. Jean-Michel Fouquet (société Etiqroll) et M. Philippe Hellmuth (Provence Etiquettes et Adhésifs). Parmi les tiers sortants, M. Dominique Durant des Aulnois (Paragon), M. Jacques Guillon (Litho Bru) et M. Philippe Leyval ont été élus pour un nouveau mandat, alors que M. Bernard Plat (ex Etiqroll), figure ô combien historique de l'UNFEA, ne se représentait par pour la bonne raison qu'il a entamé une retraite bien méritée.

Revenons-en donc au cocktail. Après le mot d'ouverture du président de l'UNFEA, M. Jean-Jacques Combemorel (Stratus Packaging), qui a insisté sur la nécessité d'échanger entre confrères en ces temps de turbulences économiques, les congressistes ont pu prendre un verre tout en déambulant parmi les stands des exposants "table tops". Il s'agissait de la première année que l'UNFEA mettait en place ce "mini salon" des membres associés fournisseurs, et vu le succès rencontré (11 participants), le principe sera sans doute reconduit à l'avenir, avec quelques ajustements nécessaires suite à une première expérience.

Justement, profitons-en pour citer les 11 sociétés présentes pour cette première : AB Graphic, Alpha Cure, Cerm, Efi Jetrion, Gerhardt, Mark Andy, MPS, Progigest, Rhéno Plastiques, Sérame et TMT Labels.

La Mairie de Bordeaux représentée par l'adjoint au développement économique

 

Au cours du cocktail, l'UNFEA aura l'honneur de recevoir la visite de M. Bron, adjoint au développement économique à la mairie de Bordeaux, qui prononcera un discours de bienvenue, mettant aussi l'accent sur le thème du congrès, l'environnement, cher à la politique de sa ville.

 Des étudiantes Bordelaises guident les congressistes dans la ville rénovée

 

IMG_3027

Ce cocktail sera suivi d'un dîner buffet, puis des groupes se formeront pour partir à la découverte de la ville de Bordeaux, sous la forme d'une visite nocturne guidée par des étudiantes bordelaises férues d'histoire et passionnées par leur ville. Moment unanimement apprécié des courageux marcheurs d'un soir, qui s'endormiront la tête remplie des lumières de la ville et autres anecdotes historiques.

Vendredi 8 mai

 Place au congrès pour cette deuxième journée des "Rencontres". Après un regroupement autour des stands de l'espace exposant, pour un café de bienvenue, les participants entrent dans la salle de congrès, non sans que leur soit remis un étrange tablier de sommelier.

Un guide technique distribué en avant-première

IMG_3082

Commence alors la journée de congrès, qui sera animée par le journaliste Yann Fernandez, qui présente rapidement son parcours (radio, télé, etc.) avant de passer la parole à M. Jean-Jacques Combemorel, président de l'UNFEA, pour le discours d'ouverture du congrès. Viennent ensuite les traditionnelles présentations des activités du bureau de l'UNFEA, effectuées par ses membres. Ainsi, M. Philippe Leguisai (Cogétiq), présente les travaux de la commission technique : bilan des journées de formations organisées depuis 2008 (75 personnes formées pour 37 sociétés différentes), réalisation d'un guide technique sur les plaques magnétiques de découpe (distribué aux congressistes en avant-première), réalisation avec le CETIE d'un guide d'étiquetage auto-adhésif sur verre (à paraître en ligne fin mai), aide aux adhérents sur le dossier REACH, et enfin présentation du nouveau logiciel de partage de stocks (stocks dormants), qui sera mis en ligne pour les adhérents UNFEA courant mai.

C'est ensuite Coralie Gambart de Lignières (CCL Package Label) qui prendra la parole pour présenter les travaux de la commission Communication et Economie. Outre la préparation de ces Rencontres de l'UNFEA, la commission a également organisé le 4ème grand prix de l'étiquette (fin 2008), ainsi que la présence au salon de l'emballage, l'information des adhérents sur le sujet de la LME et la création en janvier d'un flash info membres associés. La parution de nouvelles conditions générales de vente est annoncée pour les semaines à venir, tout comme le lancement du nouveau site Internet de l'UNFEA. Vient ensuite la présentation de nombreuses statistiques que vous retrouverez dans la partie présentations des intervenants de l'espace adhérent UNFEA.
 

Enfin, Jacques Guillon (Litho Bru) présentera le projet de label environnemental pour l'étiquette sur lequel travail l'UNFEA. Nom de code provisoire du projet : Etiq'Vert. Les principes clés seront : pas de coût supplémentaire, actions concrètes et mesure du progrès.

Un ... jeu des tabliers ?!

IMG_3059

Vient ensuite un moment de détente avec une petite animation préparée par le bureau de l'UNFEA. Grâce au fameux tablier remis aux congressistes à leur entrée dans la salle de congrès, des équipes répondants aux doux noms de différents cépages vont être constituées afin de répondre à un questionnaire sur deux thèmes incontournables du séjour : l'environnement, pour le thème, et le vin, pour le lieu. Les réponses à certaines questions seront dévoilées au cours des interventions à venir, et un bilan en sera fait lors de la soirée de gala du soir. Il semblerait que cette animation ait rempli son rôle, à savoir favoriser les échanges entre congressistes dès le début de la journée.
 

L'environnement... c'est le moment!

 

IMG_3070

Vient le moment d'aborder de front le thème du congrès "L'environnement... c'est le moment". "Il est grand temps" aurait pu convenir à ce thème, tant l'intervention de Mme Irène Kryze pointe du doigt les dangers qui nous guettent. Ainsi, c'est un public abasourdi par le mode de vie qu'elle nous propose si nous voulons ne pas laisser d'empreinte carbone sur la planète, à savoir par exemple : habiter 7 m² par personne, manger bio, local et équitable à chaque repas, faire 1500 km en voiture seul par an (ou 6000 km à 4) ou encore ne dépenser que 60€ par mois en biens non alimentaires (y compris tous les équipements) !
Nonobstant ces informations alarmistes, Mme Kryze insistera tout au long de sa présentation sur la marge de manoeuvre que nous avons, et sur le fait que tout ce qui peut être gagné a une influence.

Une fois les enjeux bien posés à l'assistance, Mme Valérie Bauné vient expliquer au public en quoi les chefs d'entreprises sont responsables vis à vis de l'environnement, que ce soit d'un point de vue civil ou pénal. Elle abordera ensuite la manière selon laquelle une entreprise peut financer sa politique environnementale, que ce soit par l'utilisation de subventions ou par auto financement de la démarche (économies d'énergie par exemple). De quoi susciter des vocations écologiques dans l'assemblée !

 

La filière de l'étiquette énergétiquement dépendante du produit final

 

Puis Mme Irène Kryze interviendra à nouveau, cette fois pour nous parler du Bilan Carbone, dans le cadre de la fabrication d'étiquettes. On se rend alors compte que la fabrication d'étiquettes à proprement parler est extrêmement minoritaire, en terme d'émissions carbone, dans le cycle de vie d'un produit emballé. En restreignant le champs d'étude à l'étiquette elle-même, il apparaît certain que le poste de la matière première sera le poste émetteur n°1.

 

Suite à cette présentation, c'est M. Florian Fizaine, d'Avery Denison, qui prend la parole pour nous exposer les principes des méthodologies Lean et Six Sigma. Il explique ainsi avec transparence comment son entreprise a mis en place cette politique d'amélioration continue, tout en montrant comment ces méthodologies peuvent s'avérer utiles chez les fabricants d'étiquettes.

Les congressistes ont alors droit à une pause déjeuner bien méritée, car le programme qui les attend l'après-midi est assez dense.

 

Les membres associés entrent en scène

 

La lourde tâche de ne pas laisser les congressistes succomber à la sieste digestive incombe à M. Patrick Salhofer, de TMT Gallus, qui explique comment le fabricant de machines suisses prend en compte les contraintes d'éco-design dans la conception de ses machines d'impressions (économie d'énergie, rejet de COV, etc.). Le représentant d'un autre membre associé, M. Luc Wattremez de Sun Chemical, prend ensuite la parole pour aborder le thème des encres à faible migration, brûlant d'actualité notamment suite à la toute récente alerte au 4MBP. Cette intervention fixe un peu mieux l'idée de faible migration dans l'esprit des congressistes, et les poussera sans doute à se rapprocher de leurs fournisseurs d'encres pour évoquer ces enjeux plus en avant.

 

M. Geoffrey de Montmarin, du groupe UPM, vient ensuite nous présenter les certifications forestières, et plus précisément les deux modèles internationaux que sont PEFC et FSC. Sans jamais mettre en concurrence ces deux systèmes, M. de Montmarin synthétise les enjeux de ces certifications, et montre comment un imprimeur d'étiquette peut être certifié selon ces deux labels.

 

L'expérience d'un imprimeur vert pionnier

IMG_3103

La parole est ensuite donnée à M. Henry Labat, responsable environnement de l'imprimerie IME, pionnière en matière de certifications environnementales. Voyez plutôt : Imprim'vert, FSC, PEFC, Trophée de l'écologie 2005, Iso 14000, Print Environnement... De quoi arborer autant de décorations qu'un maréchal soviétique comme le dit lui-même M. Labat !

Plus que l'affichage de tous ces "trophées de guerre", c'est un véritable partage de ses expériences que transmet M. Labat, partage qui sera poursuivi sur le mode de l'interview par M. Yann Fernandez, journaliste animateur de la journée.

 

Comment "provoquer" la Chance

Enfin, l'intervention de clôture est assuré par M. Philippe Gabilliet, professeur en stratégie à l'Ecole Supérieur de Commerce de Paris. Le propos de cet extraordinaire orateur peut être résumé ainsi : la chance tourne en faveur de ceux qui savent lui préparer le terrain, créer les opportunités. Pour cela quelques notions clés seront développées : anticipation, vigilance, réseau et recyclage des expériences. Intervention à voir pour en saisir toutes les pistes, difficilement résumables ici.

 

Soirée de Gala

IMG_3115

Suite à la clôture du congrès, rendez-vous est donné aux participants pour un départ en bus au château Maucaillou, à Moulis-en-Médoc.

Les participants ont tout d’abord visité le chai avant d’y déguster deux millésimes du vin du cru. La première dégustation était commentée, alors que la deuxième, « à l’aveugle » a permis aux congressistes d’éprouver leur talent œnologique. Le groupe, composé d’environ 70 personnes, a alors pris part à une visite libre du petit musée autour de la vigne et du vin, avant de prendre place dans la salle des notables pour le dîner de gala. Au cours de ce dernier, Jean-Jacques Combemorel, le président de l’UNFEA, a annoncé les réponses au « jeu des tabliers » qui avait permis aux congressistes de lier connaissance en début de matinée. L’équipe Syrah a ainsi été récompensée. Après le dîner, les plus téméraires ont poursuivi la soirée sur la piste de danse.

Samedi 9 mai - journée "détente"

IMG_3159

Les rescapés du dernier jour des "Rencontres de l'UNFEA" peu nombreux mais ravis de participer une dernière journée ensemble, ont pris la route des vignobles de St Emilion : visite du domaine Château Franc Mayne et des ses impressionnantes galeries souterraines, dégustation des 1er et 2ème vin du domaine, puis déjeuner dans un restaurant au coeur de la cité médiévale de Saint Emilion.

 Pas de temps pour la paresse et la sieste, sitôt le café avalé, le petit groupe était pris en charge pour une visite guidée privée des trésors souterrains de Saint Emilion, fermés au public, dont le point d'orgue restera la visite des soubassements le l'église monolithe.

Après quelques instants de temps libre à St Emilion, occasion pour les uns de se reposer un peu, pour les autres de prendre un verre sur une terrasse ensoleillée, ou encore de faire quelques achats souvenirs (nombreux sont ceux ayant cédé à l'achat de pieds de vignes ou de cannelés bordelais), la troupe reprenait la route de l'hôtel, ravie de cette journée, pour finir ces "Rencontres" par un dîner au Café Maritime, sur le port autonome.

IMG_3180

Espérons que tous partagerons leur enthousiasme afin d'inciter les adhérents (et non adhérents !) absents à être des nôtres la prochaine fois !